Tai Chi Art Martial
Efficacité avec le Temps

Tai Chi Art Martial

Le tai-chi-chuan en tant qu’art martial dit interne insiste sur le développement d’une force souple et dynamique appelée jing, par opposition à la force physique pure.La règle première du tai-chi-chuan est la décontraction (song, song kai) qui permet de délier les mouvements : un mouvement de coup de poing va provenir de la taille, plutôt que du bras ou de l’épaule. Une fois la relaxation song installée, le pratiquant va développer le peng jing ou force interne consistant à relier chaque partie du corps en restant relaxé : une partie bouge, tout le corps bouge; une partie s’arrête, tout le corps s’arrête. Le peng jing est la force caractéristique du tai-chi ; l’analogie est de la comparer à une boule élastique : frapper dedans, et votre coup sera retourné dévié vers vous. Lors des coups frappés l’énergie est tout d’abord concentrée dans le dantian, qui est un des points d’énergie , situé deux pouces en dessous du nombril, puis est libéré, accompagné d’une onde de choc propagée par l’ondulation des articulations du pratiquant, tel un fouet. On appelle cela exploser la force ou fajing.

Le tai-chi porte une attention particulière à l’enracinement. L’énergie doit aussi partir des « racines » dans les pieds, puisque c’est généralement eux qui dans la majorité des cas vont lancer le coup que donnera la main, ou tout autre partie frappante. On dit parfois, « le pied donne le coup, la hanche dirige, et la main transmet. » Ce contrôle du qi s’apprend avec les exercices de qi gong (littéralement, travail du souffle) taoïste .

L’entraînement aux exercices de tai-chi-chuan est tout d’abord exécuté lentement pour justement percevoir la relaxation et la circulation du mouvement. Ensuite, le pratiquant pourra commencer à accélérer les gestes, et pratiquera les fajing – libération de l’énergie – d’abord réduit afin d’éviter d’abîmer ses articulations, puis de plus en plus complets.

Le Tai Chi Chuan du style Li est une forme de 140 mouvements. Mouvement aussi bien celui, visible, du corps que celui, moins visible, de l’énergie qui habite ce corps. Il préserve la vie aussi bien face à un agresseur extérieur éventuel que face aux ennemis intérieurs que sont la maladie et le stress. Par ses mouvements lents, il permet au pratiquant d’accumuler cette énergie, de la mobiliser et de l’utiliser à son gré pour se recentrer, se défendre, se détendre, améliorer sa vitalité, développer sa concentration, assumer son intuition ou, tout simplement, vivre plus pleinement le quotidien.
Le T’ai Chi Chuan est l’un des moyens les plus subtils d’améliorer la santé, d’aider la circulation sanguine, d’apaiser le système nerveux et, à travers la concentration qu’il nécessite, d’amener un repos profond de l’esprit. Le T’ai chi Chuan aide celui qui le pratique, à développer un contrôle dynamique mental sur son corps, ainsi qu’une grande maîtrise de sa vitalité.

Explication en stage